Articles

Des briques en déchets recyclés

Un Néo-Zélandais a inventé une machine qui transforme les déchets plastiques en parpaings pratiques. La Byfusion est en plein développement.

Peter Lewis a mis au point une machine baptisée « Byfusion » qui recycle 100 % des plastiques. Les déchets, lavés et séchés, sont transformés en briques aux qualités isolantes thermiques et sonores. Certes, elles ne sont pas des plus esthétiques… Mais idéales pour des abris lors de grandes catastrophes, des murs de garages, des séparations dans les champs… Il a obtenu une subvention du ministère de l’Environnement néo-zélandais et a commencé à travailler avec la déchetterie de sa ville, à Dunedin.

Des briques en déchets recyclés

Un Néo-Zélandais a inventé une machine qui transforme les déchets plastiques en parpaings pratiques. La Byfusion est en plein développement.

Peter Lewis a mis au point une machine baptisée « Byfusion » qui recycle 100 % des plastiques. Les déchets, lavés et séchés, sont transformés en briques aux qualités isolantes thermiques et sonores. Certes, elles ne sont pas des plus esthétiques… Mais idéales pour des abris lors de grandes catastrophes, des murs de garages, des séparations dans les champs… Il a obtenu une subvention du ministère de l’Environnement néo-zélandais et a commencé à travailler avec la déchetterie de sa ville, à Dunedin.

L’économie circulaire dans l’espace

L’Agence spatiale européenne (ESA) travaille à la conception d’une boucle d’économie circulaire pour subvenir aux besoins des astronautes lors de voyages au long cours.

Dans l’espace, un homme a besoin chaque jour d’environ 1 kg de nourriture, 1 kg d’oxygène et 3 kg d’eau. Pour un aller-retour sur Mars, durée 3 ans, il faudrait donc embarquer 30 tonnes de ressources pour un équipage de 6 personnes. Mission impossible ! La solution ? Recycler les déchets durant le voyage. Le projet MELiSSA vise à mettre au point ce circuit fermé qui valorise tout ce que les astronautes rejettent (restes de repas, CO2, urine, excréments). Un écosystème artificiel complet et étonnant qui reproduit à petite échelle et à vitesse rapide les cycles de vie naturels de la Terre.

Apprendre à recycler en jouant

Une jeune étudiante néerlandaise a développé In the Loop, un serious game pour se familiariser à l’économie circulaire dans l’entreprise.

Le projet de fin d’études de Katie Whalen, à l’université de Delft aux Pays-Bas, est un jeu de plateau original. Durant 90 minutes, les joueurs qui prennent part à In the Loop se familiarisent aux fonctionnements et aux bénéfices de l’économie circulaire, réfléchissent aux différentes approches d’utilisation des ressources et matériaux. Objectif : apprendre à piloter une entreprise en tenant mieux compte des ressources et des matières premières et donc à devenir une entreprise circulaire.

Moquette marine

Des filets de pêche usés transformés en dalles de moquette : une idée lumineuse contre la pollution marine.

L’initiative Net-Works s’associe au programme Project Seahorse pour la conservation marine. En récupérant le nylon des filets de pêche hors d’usage, mais aussi celui de résidus et de chutes de moquette, une nouvelle fibre est confectionnée pour l’élaboration de dalles de moquette. Il s’agit ici non seulement de recyclage mais également de surcyclage (upcycling) en transformant des produits hors d’usage en d’autres produits nouveaux de qualité. Net-Works a démarré aux Philippines, s’est étendu au Cameroun et devrait bientôt commencer en Inde. Un projet d’économie circulaire qui, en plus, améliore le quotidien de centaines de familles défavorisées grâce à l’emploi créé.

Nos vieux ordis ont de l’avenir

Genius Cycle veut réduire les déchets informatiques des Belges. Objectif : réemployer et recycler nos ordinateurs cassés ou inutilisés.

En Belgique, 1 million d’ordinateurs, en panne ou abandonnés, croupissent dans nos bureaux et foyers. Et si vous les ameniez dans un point de collecte Genius Cycle ? Chaque PC y est analysé pour récolter les composants encore fonctionnels pouvant servir à la réparation d’autres ordinateurs. Vous redoutez de voir vos données exploitées ? Le disque dur est broyé pendant que les matières premières sont dispatchées dans des filières de recyclage, dont certaines au sein d’entreprises d’insertion socioprofessionnelle. Toujours inquiet ? Rien ne vous empêche de récupérer vous-même votre disque dur avant collecte.

Trier c’est bien, écoconcevoir c’est mieux !

Vive le recyclage. Mais la demande de produits en matériaux recyclés n’est pas assez forte. Go4Circle, la Fédération des entreprises de l’économie circulaire, fourmille d’idées pour y remédier.

Le Belge est le champion du tri en Europe, il trie jusqu’à 80 % de ses déchets (papier, carton, verre, déchets verts…). Les Régions veulent aller encore plus loin. Que la Flandre, la Wallonie et Bruxelles aient envie d’améliorer leurs plans déchets, on ne peut que s’en réjouir. Mais qu’en est-il du recyclage de ceux-ci et de l’éco-conception ?

Pour évoluer dans une logique qui en tient compte, et booster la demande des matériaux recyclés, Go4Circle, la Fédération des entreprises de l’économie circulaire, espère plus d’initiatives de la part du fédéral. Et notamment prévoir des incitants financiers pour encourager les entreprises à utiliser plus de matériaux recyclés. Ce qui aurait des conséquences favorables. Pour la fédération, il faudrait aussi imposer une quantité minimale de matériaux recyclés pour certains produits. Et encourager les entreprises à créer des produits parfaitement recyclables.

Une charte avec le gouvernement fédéral pour plus d’économie circulaire a été signée fin 2016. Nnof n’a pas attendu pour penser et agir durable. Rénovation et transformation de bureaux avec moins de déchets et moins de nouvelles matières premières : une source d’inspiration pour bien des entreprises.

Litières en papier recyclé

Ikati s’est lancée dans la production de litières à partir de déchets papiers récoltés en Belgique.

Pourquoi exporter nos déchets à l’autre bout du monde pour les voir recyclés en litières pour chats alors qu’il suffit de récolter en Belgique des vieux papiers et de les transformer en produit présentant un minimum d’impact écologique ? Tommy’s Gazette™ est une nouvelle litière réalisée à 100 % en papier recyclé, à Bruxelles, sous forme de granulés, sans additifs ni produits chimiques ajoutés. Un souci écologique qui se retrouve jusqu’à l’emballage : un sachet en papier kraft, biodégradable et cousu à l’aide de fils en fibres naturelles également biodégradables. Idéal même si votre chat ne s’appelle pas Tommy !