Articles

Les 21 mesures de la Belgique pour l’économie circulaire

Le Vice-premier ministre et ministre de l’Économie, Kris Peeters, et la ministre de l’Environnement et du Développement durable, Marie Christine Marghem, ont signé un document rassemblant des mesures importantes à mettre en œuvre avant fin 2019.

La Belgique croit en l’économie circulaire et le fait savoir. Mettre en place un modèle économique innovant, viser une utilisation plus durable des ressources naturelles, prendre conscience des défis en matière d’économie, d’écologie, et de façon générale de consommation. Un vaste programme auquel le gouvernement belge a décidé de s’atteler via une brochure expliquant les grands principes de l’économie circulaire et ses bénéfices, et reprenant 21 mesures concrétisant l’envie du Fédéral de faire de la Belgique un leader en la matière.

Les mesures sont très concrètes et visent une meilleure information du consommateur et des entreprises. Recommandations contre l’obsolescence programmée et pour la réparabilité des produits, intégration des principes de la chimie verte, mise en place d’un centre de connaissance en économie durable, information sur les potentialités de l’économie circulaire sur les marchés publics, promotion du recyclage sain…

Un document très détaillé, abondamment illustré, qui représente un outil autant de réflexion que d’action.

Ca circule entre Bruxelles, Paris et Montréal

Il y a toujours plus dans 3 (gros) cerveaux que dans un seul, y compris en matière d’économie circulaire.

A l’initiative de l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire au Québec, un réseau a été créé entre Montréal, Bruxelles et Paris, afin d’accompagner et soutenir les villes dans le déploiement de l’économie circulaire. Objectif : partager l’expertise des chercheurs et des acteurs de l’économie circulaire des 3 pays. Car l’innovation profite à tous.