Articles

L’économie européenne devra être intégralement circulaire en 2050. Pour concrétiser cette ambition, il est indispensable d’adopter des normes fixant le taux de matériaux recyclés contenus dans différents produits et d’atteindre ces objectifs avant 2030. Ce projet fait l’objet d’une résolution approuvée par une vaste majorité au Parlement européen.

L’extraction et le traitement des matières premières sont responsables de la moitié des émissions totales de gaz à effet de serre, de plus de 90 % de la perte de la biodiversité et de l’exploitation intensive des réserves d’eau. Les conclusions d’une étude du Panel international des ressources sont formelles : les matières premières doivent être employées avec parcimonie.

Par conséquent, le Parlement européen invite les entreprises à accorder une importance toute particulière à la phase de conception de leurs produits. En effet, 80 % de l’impact environnemental d’un produit est déterminé lors de cette étape.

Le Parlement européen a donc adopté une résolution visant à étendre la portée de la directive sur l’écoconception. Son objectif : inciter les entreprises à employer un maximum de matériaux simples à produire ou à recycler dans la conception de nouveaux produits.

Il souhaite également renforcer le caractère impérieux de ces mesures. En effet, le Parlement projette d’imposer à tous les secteurs des objectifs concrets concernant la teneur en matériaux recyclés employés dans la production d’une variété de produits et de les atteindre au plus tard en 2030.

Dans l’hémicycle, ce texte a récolté 574 voix pour, 22 voix contre et 95 abstentions.

La Région bruxelloise se profile comme le terrain de jeu idéal en matière d’innovation en circularité.
Le bâtiment, généralement ancien, offre en tout cas une opportunité de réutilisation des matériaux.

Le territoire bruxellois se caractérise par sa forte densité de surface bâtie. De surcroît, sept bâtiments sur dix ont été construits avant 1945. Dès lors, beaucoup de chantiers comprennent des phases de démolition ou de rénovation.
La Région de Bruxelles-Capitale nourrit ainsi l’ambition de multiplier par trois le degré de rénovation sur son territoire.

La Confédération Construction Bruxelles-Capitale et le Centre de référence Construction – qui entend faire mieux correspondre les formations aux besoins des entreprises – s’inscrivent dans cette démarche. Ils viennent de lancer
un nouveau programme de formations et d’accompagnements gratuits sur la construction circulaire : Be Circular.Brussels. Les entreprises intéressées y apprennent comment rendre les éléments de construction démontables afin de pouvoir les réutiliser.

Les promoteurs de ce programme déplorent l’énorme perte de matériaux de construction. Le secteur bruxellois de la construction ne « produit » en effet pas moins de 628 000 tonnes de « déchets » par an. Même si 91 % de ces matériaux sont recyclés, leur valeur d’usage diminue fortement. On peut l’éviter en enseignant des processus axés sur la réutilisation.