Articles

Bruxelles se dote d’un nouveau plan pour les déchets

La tendance au zéro déchet gagne du terrain. La Région de Bruxelles-Capitale mise fortement sur l'économie circulaire dans son nouveau plan pour les déchets, qui poursuit deux objectifs : réduire la montagne de déchets et éviter d'épuiser les ressources du sol.

Le plan de gestion des ressources et des déchets, approuvé par le Parlement bruxellois en novembre 2018, est déjà le cinquième de la série.

- Le premier a introduit les collectes sélectives pendant la période 1992-1997.
- Le deuxième a accordé entre 1998 et 2002 la priorité à la prévention des déchets.
- Le troisième, déployé de 2003 à 2009, a mis l'accent sur la réutilisation.
- Le quatrième a mené la lutte contre les déchets à cinq niveaux entre 2010 et 2017 : prévention, préparation au réemploi, recyclage, valorisation et, en dernier recours, élimination.

Le nouveau plan, qui compte 60 points d'action, met l'accent sur l'économie circulaire, qui trouve de nouvelles affectations aux déchets à retraiter. Dans la mesure du possible, il est tenu compte de la réutilisation ultérieure des produits dès leur conception. La mise en œuvre de l'économie circulaire au niveau local est un autre point fort du plan.

L'accompagnement des entreprises vers le zéro déchet et la réutilisation des matières premières passe notamment par la diversification et la multiplication des systèmes de collecte des déchets, une attention particulière étant attachée au secteur du bâtiment, où la marge de progression reste très importante.

D'après Ressources, la fédération des entreprises de l'économie sociale à Bruxelles et en Wallonie, une meilleure organisation permettrait de réutiliser entre 6 000 et 13 000 tonnes de déchets en plus qu'à l'heure actuelle.

Les entreprises quittent Bxl

Moins cher, moins d’embouteillages… Certaines raisons poussent de plus en plus de sociétés à s’installer en dehors de la capitale.

Le chiffre est interpelant : selon la Chambre du Commerce de Bruxelles, entre 2011 et 2016, près de 13.800 entreprises et indépendants (dont près de 7.000 sociétés) ont quitté Bruxelles. Beaucoup s’en vont en périphérie pour des raisons de coût, de fiscalité ou encore de mobilité. Vous comptez aussi changer d’air ? Faites-le de façon durable et circulaire

Bruxelles se fait remarquer !

La Région Bruxelles-Capitale croit en l’économie circulaire. Son Programme Régional en la matière, le PREC, et son appel à projets Be Circular Entreprises ont été distingués aux Eurocities Awards 2017, ce 17 novembre à Ljubljana.

Pour redynamiser l’économie, Bruxelles mise sur l’environnement comme domaine porteur d’emplois, en lien avec le développement d’un programme régional en économie circulaire, le PREC, doté de 12,8 millions d’euros. Objectifs ? Transformer les objectifs environnementaux en opportunités économiques, ancrer l’économie à Bruxelles pour produire localement, réduire les déplacements, optimiser l’utilisation du territoire, créer de la valeur ajoutée pour les Bruxellois et de l’emploi. Les 111 mesures du programme ont séduit le jury des Eurocities Award puisque le PREC figurait parmi les 3 finalistes de l’édition 2017.

L’appel à projets Be Circular Entreprises de la Région a lui remporté l’Award dans la catégorie Innovation. Les entreprises, indépendants, ASBL… peuvent obtenir à travers Be Circular un soutien financier jusqu’à 80.000€, de l’aide de la part des services de support et voir leur projet mis à l’honneur. Les lauréats 2017 seront bientôt connus. Et si vous posiez votre candidature l’an prochain ?

Ca circule entre Bruxelles, Paris et Montréal

Il y a toujours plus dans 3 (gros) cerveaux que dans un seul, y compris en matière d’économie circulaire.

A l’initiative de l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire au Québec, un réseau a été créé entre Montréal, Bruxelles et Paris, afin d’accompagner et soutenir les villes dans le déploiement de l’économie circulaire. Objectif : partager l’expertise des chercheurs et des acteurs de l’économie circulaire des 3 pays. Car l’innovation profite à tous.