Articles

Une étude a évalué la circularité des économies de l’Union européenne pour voir quels pays étaient prêts pour une économie circulaire. La Belgique figure parmi les premiers de la classe.

Le Rapport d’avancement sur l’économie circulaire de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) et du cabinet de conseil Möbius, publié tous les deux ans, se penche sur cinq indicateurs. Ceux-ci montrent dans quelle mesure l’économie des différents pays de l’Union européenne devient circulaire. Par rapport aux autres États, la Belgique s’en sort particulièrement bien. Par exemple, 23 % des matériaux utilisés dans notre pays sont issus du recyclage. Seuls les Pays-Bas font mieux, avec 30 %. La moyenne européenne est beaucoup plus basse, à 12,8 %. Nous recyclons également davantage de déchets — environ 81 %, contre 55 % dans le reste de l’UE.

Leader en 2030

La Belgique est également plus économe en matériaux : nous sommes en mesure de produire autant avec moins de matériaux. Pour un petit pays, cependant, nous consommons beaucoup de matériaux et produisons beaucoup de déchets. Selon les auteurs du rapport, il s’agit d’une conséquence directe de notre économie orientée vers l’exportation et qui compte de nombreuses activités industrielles grandes consommatrices de matériaux. Mais pour que les comparaisons soient pertinentes, nous devons également examiner la structure des différentes économies.

La FEB fait de la circularité un fer de lance de sa vision d’avenir pour la Belgique. D’ici à 2030, elle entend être leader en matière d’économie circulaire. « Si nous voulons assurer l’avenir de notre pays, nous devons passer à la vitesse supérieure pour maximiser l’impact de la transition circulaire. Nous détenons toutes les clés pour que l’économie belge devienne prospère et résiliente. Mais la route ne sera pas aisée. »

Belges et Néerlandais unissent leurs forces en faveur des infrastructures durables et de la construction circulaire. C’est l’intention qu’ils ont exprimée en mai lors d’une mission commerciale néerlandaise en Belgique.

Cette mission commerciale a permis des échanges d’expériences entre des villes (dont Amsterdam, Malines et Louvain), des organisations sectorielles (comme la Vlaamse Confederatie Bouw), des entreprises et des instituts de connaissances des deux pays. « La Belgique est notre deuxième partenaire commercial dans le monde », explique Liesje Schreinemacher, ministre néerlandaise du Commerce extérieur et de la Coopération au développement. « Le delta de l’Escaut, du Rhin et de la Meuse forme un ensemble intégré. Depuis 400 ans, la Belgique et les Pays-Bas sont les chefs de file de l’innovation économique en Europe, notamment par la construction de ports modernes. Nous entendons également montrer la voie dans le domaine de l’économie circulaire. »

Donner de l’élan à l’économie circulaire

La Belgique et les Pays-Bas veulent miser entièrement sur la circularité d’ici 2050. Objectif : promouvoir un environnement plus propre et moins dépendant des matières premières étrangères. Le secteur de la construction circulaire — qui représente actuellement 130 milliards d’euros par an dans les deux pays — doit contribuer significativement à cette ambition. « Nous allons devoir renforcer encore notre collaboration en Europe », reconnaît Vivianne Heijnen, secrétaire d’État néerlandaise aux Infrastructures.

Elle souligne que de nombreuses infrastructures devront être rénovées ou remplacées dans les années à venir, tant aux Pays-Bas qu’en Belgique. « En lançant des marchés publics circulaires, nous pouvons donner de l’élan à l’économie circulaire », ajoute Mme Heijnen. La circularité de la démolition, de la logistique de retour et des matériaux circulaires et la généralisation des modèles commerciaux circulaires figuraient également à l’ordre du jour de la mission commerciale.

A l’horizon de 2030, les émissions de CO2 doivent baisser de 55% en Belgique, en d’autres termes diminuer de 208 millions de tonnes. Le gouvernement fédéral vient d’y ajouter un effort supplémentaire de 25 millions de tonnes.

Lors d’un conseil des ministres fédéral placé sous le signe du climat, le gouvernement De Croo a élaboré une feuille de route qui concrétise ces grandes ambitions. Des mesures supplémentaires seront mises en œuvre dans de nombreux domaines : finances, économie, transport, énergie et coopération au développement. C’est ainsi équipée que la Belgique s’est rendue à la Conférence sur le climat (COP26) à Glasgow.

Les parcs éoliens au large de la côte belge doivent fournir 4 gigawatts d’électricité verte à l’horizon de 2030. Pour y arriver, il faudra sans doute les étendre. Par ailleurs, la ministre fédérale de l’énergie, Tine Van der Straeten (Groen), plaide pour relier davantage les réseaux électriques belges et étrangers et veut investir plus de moyens dans l’hydrogène et d’autres carburants verts.

Train et vélo

La fiscalité doit également contribuer au verdissement de l’économie. Les subventions accordées aux carburants fossiles doivent s’éteindre progressivement et un fonds écologique doit aider les entreprises à rendre leurs activités plus « vertes ». Les ménages et PME peuvent faire appel à une prime climat, financée par les recettes de la prochaine taxe européenne sur le CO2 émis par le transport et les bâtiments.

La question de la mobilité évolue également à grande vitesse. Le ministre compétent, Georges Gilkinet (Ecolo), va renforcer le trafic ferroviaire et son caractère écologique, mais aussi promouvoir le vélo. Il veillera également à ce que le transport aérien et maritime soit « zéro émission » à l’horizon 2050. Par ailleurs, un plan fédéral centré sur l’économie circulaire a pour ambition de rendre les bâtiments et flottes automobiles plus écologiques.

L’économie circulaire est une grande pourvoyeuse d’emplois dans notre pays. En Flandre, elle devrait créer 30 000 postes de travail supplémentaires à l’horizon 2030. Mais la Wallonie place également beaucoup d’espoir dans l’emploi circulaire.

En Flandre, l’emploi créé dans l’économie circulaire croît plus rapidement que le marché global du travail. En 2010 et 2016, l’économie circulaire a généré 6,4 % de jobs supplémentaires alors que la croissance dans l’ensemble du secteur économique s’est limitée à 2,7 %, a calculé le Steunpunt Circulaire Economie. Et cet écart est sans doute sous-estimé, observe le chercheur Kris Bachus (KU Leuven). L’étude n’a pris en compte en effet que les activités purement circulaires.

D’ici à 2030, le Steunpunt prévoit que l’économie circulaire créera quelque 30 000 jobs.
Le plus gros potentiel de création d’emplois se situe dans les secteurs circulaires de la réparation de machines.

Il est frappant de constater que 85 % des emplois actuels dans le secteur circulaire en Flandre sont exercés par des hommes. Une grande partie d’entre eux ont tout au plus un diplôme de l’enseignement secondaire. Les chercheurs l’expliquent par le caractère manuel du traitement des déchets.

Selon la Fondation Roi Baudouin, la Flandre compte — directement et indirectement — environ 148 000 emplois dans l’économie circulaire, soit 7,5 % de l’emploi total. à Bruxelles, on en dénombre quelque 58 000 et en Wallonie plus ou moins 56 000.

La Wallonie accuse donc un retard par rapport aux autres régions, mais le sud du pays entend bien le rattraper. Les emplois dans l’économie circulaire sont en effet, pour une grande partie, moins susceptibles d’être délocalisés. Ils sont donc beaucoup plus stables et offrent des possibilités pour les travailleurs des secteurs en déclin.

Du 18 au 20 novembre 2019, la Belgique a accueilli le Hotspot de l’économie circulaire. L’occasion pour notre pays de montrer qu’il compte plusieurs entreprises leaders dans ce domaine.

Lors d’une conférence réunissant des chefs d’entreprise, le directeur de l’Agence européenne pour l’environnement, M. Hans Bruyninckx, a présenté le rapport de son institution traitant de l’économie circulaire. Il en a profité pour transmettre un message :
« Les ambitions et les initiatives de l’économie circulaire en Europe sont prometteuses, mais elles n’en sont encore qu’à leurs balbutiements. Il est temps de passer à la vitesse supérieure pour transformer radicalement nos systèmes de production et de consommation non durables.»

Durant la pause de midi, les salariés belges sont cloués à leur bureau. Plus d’un employé sur trois reste derrière son bureau durant sa pause déjeuner afin de surfer sur internet ou sur les réseaux sociaux. Un salarié sur sept continue à travailler.

Même les personnes marquant une pause ne prennent pas suffisamment de temps pour manger en toute quiétude. 64% d’entre eux quittent leur bureau durant à peine une demi-heure et une personne sur quatre est de retour dans le quart d’heure.

Les résultats ressortent d’une enquête de la compagnie d’assurances NN qui a interrogé 1.061 Belges actifs à cet effet.

L’assureur attire immédiatement notre attention sur les conséquences de cet acte, à savoir que notre cerveau n’est jamais en repos, ce qui engendre que deux personnes interrogées sur trois reconnaissent avoir des passages à vide en fin de journée.

Le Vice-premier ministre et ministre de l’Économie, Kris Peeters, et la ministre de l’Environnement et du Développement durable, Marie Christine Marghem, ont signé un document rassemblant des mesures importantes à mettre en œuvre avant fin 2019.

La Belgique croit en l’économie circulaire et le fait savoir. Mettre en place un modèle économique innovant, viser une utilisation plus durable des ressources naturelles, prendre conscience des défis en matière d’économie, d’écologie, et de façon générale de consommation. Un vaste programme auquel le gouvernement belge a décidé de s’atteler via une brochure expliquant les grands principes de l’économie circulaire et ses bénéfices, et reprenant 21 mesures concrétisant l’envie du Fédéral de faire de la Belgique un leader en la matière.

Les mesures sont très concrètes et visent une meilleure information du consommateur et des entreprises. Recommandations contre l’obsolescence programmée et pour la réparabilité des produits, intégration des principes de la chimie verte, mise en place d’un centre de connaissance en économie durable, information sur les potentialités de l’économie circulaire sur les marchés publics, promotion du recyclage sain…

Un document très détaillé, abondamment illustré, qui représente un outil autant de réflexion que d’action.